User Story, les bonnes pratiques – 3 Février 2017 [Vendred’innovation]

6 février 2017 / Innovation / Veille / 0 commentaire

Chaque semaine, chez Huco, nous consacrons une demi-journée dédiée à l'innovation. L'idée est de sortir du cadre habituel et de partir sur la découverte de nouveaux sujets. Cela peut être au niveau des méthodologies, des nouveaux usages, des technologies, des méthodes de design... L'objectif est d'intégrer ces découvertes dans des prototypes fonctionnels pour montrer les concepts de manière plus concrète.

La présentation de l'après midi

La demi-journée d'innovation est précédée d'une présentation, donnée par un membre de l'équipe, sur un thème qui l'intéresse.

Aujourd'hui, nous parlons des bonnes pratiques à respecter lorsque l'on rédige des user stories. Pour rappel, une user story est une phrase simple qui décrit un besoin fonctionnel du point de vue de l'utilisateur final, par exemple : « En tant qu'utilisateur final, je veux ajouter un ami, dans le but de discuter avec lui ». Il faut donc être précis et concis lors de la rédaction des user stories, de manière à rester compréhensible par l'ensemble des personnes qui les reliront.

Des outils existent pour formaliser une user story. La méthode INVEST en fait partie.

  • Indépendant : Une user story ne doit pas dépendre d'une autre. Si plus tard elle devient défaillante, il faut pouvoir la retirer sans qu'elle n'impacte les autres ;
  • Négociable : Au départ, la user story doit aller à l'essentiel et ne pas contenir d'éléments techniques. Elle pourra évoluer par la suite selon les échanges entre les différents acteurs ;
  • Valeur : Une user story doit avoir de la valeur pour l'utilisateur final, par exemple, parler de refactorer du code dans une user story n'est pas pertinent. Il est nécessaire d'insister sur le niveau fonctionnel ;
  • Estimable : Une bonne user story doit être évaluée suivant sa complexité par l'ensemble des intervenants ;
  • Suffisamment petite : Suivant les règles fixées, une user story doit être courte et concise ;
  • Testable : L'intérêt d'une user story, c'est qu'elle soit testable. Elle doit être suffisamment rédigée et pertinente afin de ne pas laisser d'ambiguïté lors des tests.
Pour structurer au niveau fonctionnel un projet ou définir les jeux de tests, une user story peut également être accompagnée d'un (ou plusieurs) scénarios. Ils permettent de garantir la conformité entre le produit livré et les règles fonctionnelles définies au préalable avec le client.

Le projet de l'après midi

Suite à la présentation, chaque membre de l'équipe choisit de travailler seul ou à plusieurs sur un sujet.

Aujourd'hui, nous avons décidé de travailler sur la création et le développement d'un petit jeu multi-dispositifs. Le principe est relativement simple. Le joueur entre dans une arène et doit utiliser les objets qui l'entourent contre les autres joueurs, afin de rester en vie. L'idée est de se connecter à un site web pour voir le jeu, d'oublier le clavier et la souris pour contrôler son personnage, et de se servir de son smartphone comme manette de jeu. Le jeu se veut fun, simple et facile à prendre en main... Il s'appuie sur les bases d'un premier développement qui avait été réalisé dans le cadre de la nuit de l'informatique en décembre 2015.

baniere_google_play

Repensé et redesigné, le jeu s'appelle BoomBoom Fighter et est disponible ici : boomboomfighter.huco.fr.

L'application mobile pour contrôler son personnage a été déployée sur Google Play (pour Android) et dans l'AppStore (pour iOS). Il n'est pas impossible que le joueur voit l'arène évoluer, d'ici les semaines à venir...


Qu'avez vous pensé de cet article ?

FacebookTwitterLinkedInPinterestViadeo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

David Wayntal

Co-fondateur chez huco

Catégories Innovation Veille.

Même catégorie

La gamification (1/3) - 10 Février 2017 [Vendred'innovation]
La qualité dans un projet - 27 Janvier 2017 [Vendred'innovation]
WeWay sur un globe en hologrammes
Le scribing : une nouvelle façon de prendre des notes